La force spéciale du colonel

Deuxième article suite au précédent, pour vous raconter une anecdote marrante. Entre temps, une belle rando, dont je vais essayer de mettre quelques photos sur google plus !
Rencontre
Depuis Arshan, ma faible connaissance du Russe et le peu d’amabilite de la vendeuse de tickets de minibus font que je pars en stop avant 8h du matin, ayant un train à 11h30. Le premier conducteur est bouriate, gentil même si on ne peut guère communiquer. Il me laisse au tiers du chemin, car il va de l’autre côté.
Le deuxième est au volant d’un ÉNORME 4×4 et je suis étonnée qu’il s’arrête. Après avoir fièrement annoné en Russe « je voudrais aller à slioudianka » (sans décliner le nom de la ville, bien sûr, j’ai arrêté de décliner une fois mon bac en poche et on ne m’y reprendra plus ! Et en plus, j’arrive à me faire comprendre en parlant toujours au nominatif singulier. Семишки, graines de tournesol doit être un des rares pluriel que je connaisse en russe…).
Bref, le conducteur, tout de treillis vêtu, avec des gants en cuir assortis à ses sièges, me demande en anglais ma nationalité et m’explique qu’il est colonel dans les forces spéciales, me montrant les 3 étoiles sur ses épaulettes et les antennes bizarres sur le toit de la voiture. Je monte et on commence à bien discuter, notamment de son fils qui, comme de nombreux enfants de Russes aisés fait ses études à Prague. De sa femme, de ses trois maisons, de sa chatte qui a fait ses petits aujourd’hui mais aussi de ses missions, Afghanistan dans les années 1980 et Tchetchenie dans les années 1990. De gitans et de Gitanes. De Jean Reno, de Nicolas Sarkozy, de Depardieu et de François Hollande. Je me rends compte que voyager en stop est moins cher et bien plus intéressant qu’en minibus, il me fait plein de remarques concernant les beaux villages qu’on traverse. A un moment, il me propose de s’arrêter voir un stupa (monument religieux bouddhiste) au bord de la route. Je refuse, pressée par mon train et l’ayant aperçu à l’aller. Juste ensuite, il ouvre sa fenêtre, me dit qu’il y a une tradition en passant ici, sort un revolver de la boîte à gants entre nous deux, retire la sécurité et tire un coup en l’air par la fenêtre…
L’obligation de sourire et de paraître à l’aise dans des situations qu’on déteste, juste parce qu’on est invités et touristes, c’est ça aussi le voyage !
La fin du voyage c’est ceci dit très bien passée, il m’a acheté une glace à la station service (sans me proposer avant bien entendu) et emmené jusqu’à la salle d’attente de la gare. Maintenant, j’ai un numéro fédéral dans mon carnet d’adresses, donc il ne faut pas m’embêter ! Voilà pour l’expérience du stop en Russie, c’est quand même plus fun qu’à Auxerre !!

Publicités
Cet article, publié dans Russie, Voyages extra-insulaires, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La force spéciale du colonel

  1. Ping : Comment voyager zen ? Le voyage idéal n’existe pas, ou alors il est partout. | Découvrons ensemble La Réunion… et le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s