Tout va mieux à Baños !

J’ai quitté Quito, qui m’a fait tiquer, cité en toc et ville de toqués…

Une ville trop grande et humainement trop froide pour moi.

Je me suis réfugiée dans la ville balnéaire de Baños, hyper touristique mais à taille humaine. Elle est située plus au sud et au pied du Tungurahua, en activité depuis 1999.

Il y a plein de trucs à faire ici, je vous écris ce que moi j’ai fait en trois jours :

– manger du cochon d’Inde. En espagnol, ça s’appelle cuy, ce qui engendre pas mal de blagues de mauvais goût pour un francophone. C’est plus petit qu’un lapin et avec un peu plus de goût, mais pas énorme non plus, ça reste un animal d’élevage et non un gibier. Et puis ça se mange avec les mains, ce qui rajoute 50% de plaisir. Par contre c’est un peu cher (20 dollars le cuy entier, de quoi se faire des cuys en or ! (Pardon je n’ai pas résisté…))

– voir une éruption volcanique. Bon, l’expérience est perfectible (et les photos ne rendent rien) : on voyait seulement un grand panache de gaz et cendres. La lave ne sort que par intermittence. N’empêche, quand je serai grande, je serai volcanologue. Par contre, je ne sais pas encore quand je serai grande. À la retraite peut-être.

– profité des bains d’eau chaude grâce au volcan. Je l’ai bien sûr fait à la russe : très chaud puis très froid, etc. Évitant la soupe humaine, c’est à dire le bain tiède où tout le monde reste.

– fait un beau tour de vélo pour voir plein de cascades. En gros, des répliques du voile de la mariée et de bassin la paix. J’attends d’aller sur la côte avant d’affirmer que l’Equateur, c’est comme La Réunion, en un peu plus grand. Mon opinion change vite, avant je le considérais comme 51e état uni d’Amérique !! J’espère par contre qu’il y a moins de requins qu’à La Réunion, car je projette d’aller surfer à Montañita.

– fait la fête ! Ça a le mérite d’être mentionné, car quand on voyage seul, on ne sort pas. Mais à Baños je me suis fait des amis, qui voyagent aussi seuls. C’est agréable de partager plus de que des conseils d’hébergement, et j’espère recroiser ceux qui continuent vers le Sud comme moi.

Par contre, pas de Cotopaxi pour moi demain et après demain car l’autre personne est malade. Mais ça m’arrange bien car je me suis réveillée enrhumée aussi ce matin et je n’avais pas envie d’agoniser au-dessus des 5000m… ce n’est que partie remise, soit en revenant au Cotopaxi après la côte, soit autour de Huaraz au Pérou. Il faut juste que je continue à m’entraîner d’ici là (ici s’entraîner, c’est monter vite fait à l’altitude du mont Blanc) !

Publicités
Cet article a été publié dans Équateur, Voyages extra-insulaires. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s